SERIG dans la peau d’un pilote